Dans la vie, on est sans cesse appelé à faire des choix.
Lorsque l’on fait un don à une cause, on fait aussi un choix.

On choisit en fonction de ce qui est proche de nous, de ce qui nous touche.
De ce que l’on trouve important, de ce que l’on connaît ou de ce que l’on comprend.

Résultat, les causes les moins populaires comme l’itinérance, la prostitution, la toxicomanie et même la violence conjugale sont souvent laissées de côté.

La pandémie de la COVID-19 aura mis en lumière des enjeux frappants, et laissé des marques indéniables tant au niveau social qu’économique.

Bien que nous entrevoyons tranquillement une sortie de crise, les défis sont loin d’être derrière nous. Et certains resteront affectés plus que d’autres.

En soutenant Centraide, vous faites le choix de soutenir 215 organismes avec un seul don. C’est juste, égalitaire, solidaire envers tous. Chez Centraide, c’est ce que l’on appelle le don solidaire. C’est faire le choix de ne pas faire de choix. Parce que choisir une cause, c’est en laisser tellement d’autres derrière.

Saviez-vous que…

  • Aide alimentaire : Au Québec, c’est 1 enfant sur 10 qui vit dans une famille en situation d’insécurité alimentaire.
  • Décrochage scolaire : Le taux de décrochage scolaire dans les écoles publiques du Québec est deux fois plus élevé dans les milieux défavorisés que dans les milieux favorisés.
  • Isolement des aînés : Le tiers des personnes aînées vivent seules au Québec, et un cinquième rapporte n’avoir aucun ami proche.
  • Itinérance : La demande d’hébergement d’urgence est en forte hausse dans la ville de Québec, passant de 27 000 à 47 000 nuitées entre 2012 et 2019. Chez les femmes, le nombre de nuitées a plus que triplé.
  • Problèmes de santé mentale : À l’hiver 2021, le quart de la population adulte québécoise présentait des symptômes compatibles avec un trouble d’anxiété généralisée ou une dépression majeure probable.
  • Problèmes de toxicomanie : La pandémie de la COVID-19 a accentué les enjeux de consommation problématique d’alcool et de drogues. Au Québec, 1 personne sur 3 qui consomme de l’alcool rapporte un usage accru, et 1 sur 5, un usage problématique.
  • Violence conjugale : Le nombre de femmes et de filles assassinées a doublé entre 2019 et 2020. Depuis le début de 2021, on dénombre 11 féminicides à travers la province.