Femme d’affaires, bénévole et coprésidente d’exception

Kathy Argall s’implique activement auprès de Centraide depuis plus de vingt ans. Et quand la vice-présidente régionale de BMO tient à une cause, elle se donne à fond! Elle n’hésite pas à faire appel à ses collègues et ses proches pour rallier le plus de gens possible à l’organisation philanthropique. Pas étonnant que nous l’ayons choisie comme coprésidente de notre campagne 2019.  Par son engagement, la femme d’affaires tient à redonner à sa communauté, puisque dans son enfance, sa famille a déjà eu besoin de l’aide d’organismes communautaires. Entretien avec une bénévole d’exception.

C’est à travers sa carrière professionnelle que Centraide Québec et Chaudière-Appalaches est apparu dans la vie de Kathy Argall. Tout juste arrivée dans le milieu financier alors qu’elle a 23 ans, on la sollicite pour faire des dons par retenue à la source. « Au départ, je ne connaissais pas l’organisation. Je me disais que si c’était pour aider les plus démunis, tant mieux. On m’a donné dans le temps où ma famille en avait besoin, c’est à mon tour de redonner au suivant, car personne n’est à l’abri. Ça peut arriver à n’importe quel moment à un membre de notre famille d’avoir besoin d’aide. »

Des moments plus difficiles

Kathy Argall ne s’en cache pas, elle a connu des moments plus difficiles alors que ses parents peinaient à joindre les deux bouts. Son père, un entrepreneur en peinture, devait composer avec des périodes de chômage, et sa mère s’occupait des six enfants à la maison. Il y a des moments où ses parents ont dû se résigner à demander l’aide de la Société Saint-Vincent-de-Paul. Elle se souvient très bien de certaines périodes des fêtes où ils avaient droit aux paniers de Noël. 

Aujourd’hui, elle vit des jours heureux, entourée de son conjoint et leurs trois beaux garçons de 18 ans, 21 ans et 23 ans. Ils sont en santé et réussissent bien dans leurs parcours scolaires. Sa carrière professionnelle la satisfait pleinement. Elle a œuvré pendant une vingtaine d’années au sein de RBC, où elle a occupé plusieurs postes dont celui de directrice de succursale à Québec. 

Elle a ensuite fait le saut chez BMO, en 2001, pour être directrice régionale puis vice-présidente régionale pour la région de l’Est du Québec. Dans tous les postes qu’elle a occupés, Centraide a toujours été au cœur de son action, soit comme directrice de campagne en milieu de travail ou comme membre de différents comités. « Au fil du temps, je me suis impliquée de plus en plus pour Centraide. »

S’impliquer auprès des organismes

Elle connaît tous les rouages de Centraide. Son rôle de directrice de campagne en milieu de travail et son implication au sein de BMO l’ont amenée à visiter plusieurs organismes communautaires soutenus par Centraide. Avec d’autres collègues, elle a pris part à diverses expériences d’entraide dans ces organismes: peinture, menus travaux, préparation de mets. « Au-delà de l’argent qu’on donne à Centraide, c’est du temps qu’on donne. Les expériences d’entraide démontrent l’engagement de l’employé pour la cause. »

Elle se souvient d’une expérience marquante pour un organisme d’aide aux adultes autistes. Elle et son équipe ont peint les chambres de chacun des bénéficiaires aux couleurs qu’ils avaient eux-mêmes choisies. Il y a aussi cette activité d’entraide à La Baratte, un autre organisme soutenu par Centraide. « Il fallait faire des tartes, mais il y avait plusieurs employés qui ne savaient pas en faire. On a beaucoup ri! En même temps, on apprend à se connaître davantage.»

Témoignage percutant

En plus des expériences d’entraide, Kathy Argall a entendu de nombreux témoignages de personnes qui s’en sortent grâce aux organismes soutenus par Centraide. Mais celui qui l’a marquée, c’est sans contredit celui de Jacques Dumont. Le directeur des opérations du Café Rencontre du Centre-Ville est passé à travers bien des épreuves. Ballotté de familles d’accueil en famille d’accueil, violenté, il a commis divers délits et a sombré dans l’alcool et la drogue avant de se reprendre en main. « De voir la personne extraordinaire qu’il est devenu, je trouve ça inspirant. Il ne serait pas cette personne-là s’il n’était pas passé à travers tout ça. Tout le monde a un passé, mais tout le monde peut s’en sortir. »

Ce sont de tels messages d’espoir qui la poussent à toujours en faire davantage pour Centraide. Après s’être impliquée au sein du Comité Assurances services financiers, elle est devenue chef d’équipe du Comité Développement et Innovation, une responsabilité qui l’a amenée vers de nouveaux défis. « J’avais à gérer une équipe constituée de dirigeants d’entreprises, issus d’autres milieux. Je me suis aperçue que je pouvais avoir encore plus d’impact et d’influence pour Centraide. » Elle devait notamment rencontrer les hauts dirigeants d’entreprises, les sensibiliser à l’importance de Centraide et les inciter à faire un don corporatif.

Son implication exemplaire pour Centraide Québec et Chaudière-Appalaches lui a d’ailleurs valu le prix André-Mailhot en 2015. Cette distinction souligne la générosité et la nature exceptionnelle de l’engagement d’une personne pour notre cause, un prix amplement mérité.

Croire en Centraide

Si Kathy Argall croit si fort en la cause de Centraide, c’est qu’elle est convaincue que l’organisation philanthropique est la mieux placée pour faire les bons choix. « Je n’ai pas assez de connaissances et de temps pour analyser la pertinence des demandes des organismes, mais Centraide est bien équipé pour le faire, pour bien évaluer les besoins et bien distribuer les ressources. »

Il lui est arrivé d’être directement confrontée à la pauvreté. Alors qu’elle attendait en file à l’épicerie, une personne en fauteuil roulant n’avait pas assez d’argent et devait enlever des items. Un événement qui lui a rappelé ces années où sa mère avait dû faire la même chose. « Je lui ai dit de garder la nourriture, que j’allais payer. Mais je sais bien que je ne peux pas faire ça avec tout le monde. À nous seuls, on ne peut suffire. C’est pour ça que Centraide existe, pour une aide plus complète. »

Coprésidence 2019

Quand Centraide l’a approchée pour qu’elle devienne l’une des quatre coprésidentes de la campagne 2019, elle a accepté d’emblée. Comme dans tout ce qu’elle entreprend, elle voit grand et compte tout mettre en œuvre pour atteindre de nouveaux sommets dans les sommes amassées. « J’ai ce petit stress de vouloir bien faire, je veux réussir. Mais je sais que je ne suis pas seule, on est quatre coprésidents et on a une grosse équipe qui nous soutient. C’est à l’image de Centraide, on a une équipe derrière nous. »

Elle a déjà une bonne idée de son plan de match pour inciter les hauts dirigeants d’entreprises à s’impliquer avec Centraide. Même si elle admet que la sollicitation n’est pas toujours facile, elle garde en tête ses aspirations. « On ne le fait pas pour soi, on le fait pour les autres. Je sais que je le fais pour les bonnes raisons, que ce que je fais peut avoir un impact réel. Chaque petit geste compte. »

Elle n’est pas la seule à déployer des efforts pour Centraide, les employés de BMO sont eux aussi très impliqués. À la dernière campagne, ils ont franchi la barre des 100 000$ et ont atteint un taux de participation inégalé. La vice-présidente régionale est convaincue qu’ils seront derrière elle encore cette année pour fracasser de nouveaux records. Ils sont aussi très engagés dans leur communauté. Chaque année, BMO les invite à participer à deux journées d’entraide auprès des organismes soutenus par Centraide.

L’implication de Kathy Argall va de pair avec les valeurs de partage de BMO. Pour elle, le soutien de son employeur dans son action communautaire fait toute la différence. Elle a l’intention de s’impliquer encore longtemps pour Centraide. « On ne connaît pas l’avenir. Quand on est privilégié, il faut aider. Notre communauté est plus forte si tout le monde apporte son aide. Je m’implique pour ces mêmes raisons. » Les employés de BMO et ses proches n’ont pas fini d’entendre parler de la cause qui lui tient tant à coeur. Et c’est tant mieux pour nous!